Guide pratique sur l’accessibilité des présentations

Pourquoi produire de l’information accessible à tous ?

  • Tout d’abord, parce que c’est juste. L’information nous aide tous à prendre des décisions, à faire partie de la société et à mener une vie autonome en même temps.
  • Ce droit à l’information est reconnu sur le plan international dans l’article 21 de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées.
  • Ensuite, c’est une bonne pratique commerciale. Étant donné que les gens vivent plus longtemps et que les problèmes de vue et d’ouïe augmentent avec l’âge, un nombre croissant de la population auront une atteinte visuelle et auditive.
  • Rendre l’information accessible n’est ni plus coûteux, ni plus compliqué. Il suffit de prendre conscience de l’importance de ce geste, de modifier légèrement le processus de production et que le personnel employé s’y habitue/adapte.
  • L’accessibilité ne profite pas seulement aux personnes atteintes visuellement et auditivement. Par exemple, un site web accessible sera mieux référencé par les moteurs de recherche, et les documents accessibles seront plus faciles à entretenir, à mettre à jour et à convertir en d’autres formats.

A. Lignes directrices pour une présentation PowerPoint accessible

1. Distribution :

  • Distribuez toujours avant la présentation, en particulier aux participants atteints de dyslexie ou d’une déficience visuelle, des copies de vos diapositives ainsi que les informations importantes qui ne seront pas présentées sur les diapositives.
  • Assurez-vous d’avoir suffisamment de copies de vos diapositives pour les personnes ayant des difficultés à lire.

2. Polices :

  • Pour les titres : police d’un minimum de 32 points.
  • Pour le texte et les boîtes de texte : police d’un minimum de 20 points.
  • N’utilisez pas de caractère gras, d’ombre ou d’effet sur le texte (par exemple : police déformée).
  • Utilisez une police sans empattement (sans-serif).
  • N’utilisez pas de CARACTÈRES MAJUSCULES EN BLOC ou d’italiques dans les titres ou dans le texte.

3. Couleurs :

  • Présentez le texte avec un degré élevé de contraste. Il est recommandé d’utiliser des polices noires sur fond blanc.
  • Si le texte est foncé, l’arrière-plan devrait être pâle.
  • Si le texte est pâle, l’arrière-plan devrait être foncé.
  • Toujours choisir des couleurs très contrastantes.
  • Maximum de 3 couleurs par page.

4. Espacement :

  • Utilisez un interligne d’un minimum de 1,5.
  • Ne surchargez pas vos diapositives avec du texte. (Une liste à puces de 3 à 7 éléments est une bonne règle à suivre.)

5. Éléments décoratifs :

  • Attribuez un texte de remplacement à chaque photo, image, graphique, tableau, etc. (Par exemple : Photo de Justin Trudeau avec sa mère au festival des tulipes d’Ottawa)
  • N’incluez pas d’effets de transitions ou d’éléments de décoration.
  • Évitez que le texte chevauche les images.

6. Hyperliens :

  • Les hyperliens sur la diapositive ne doivent pas être trop pâles afin de ressortir sur le fond blanc.
  • Ils doivent décrire où ils mèneront la personne, plutôt que dire ‘Cliquer ici’. Par exemple : Description de la Loi de 2005 par Le Phénix (http://www.lephenix.on.ca/loi-2005/loi-de-2005)

B. Lignes directrices pour une présentation vidéo accessible

la vidéo doit inclure des sous-titres.

1. Lignes directrices à suivre pour les sous-titres / audiodescription :

  • Le sous-titrage doit prendre en compte les facteurs suivants :
  • Présenter le contenu audio en entier.
  • La taille de la police ; 20 points.
  • La police (sans empattement, tel qu’Ariel).
  • Le positionnement et l’éclairage du sous-titre, afin qu’il soit lu facilement.
  • Synchroniser les sous-titres avec le contenu visuel.
  • Traduire les émotions, s’il y a lieu. Par exemple : « Rires »

2. Conseils d’ordre général :

  • Soyez simple, clair et concis.
  • Utilisez un langage simple.
  • Enregistrez dans un décor au fond clair et net. Assurez-vous de filmer dans des conditions d’éclairage adéquates (pour un public sourd qui lit sur les lèvres, les malvoyants et pour une atmosphère agréable).
  • Assurez-vous qu’i n’y ait pas de bruits gênants en arrière-plan.
    Si vous devez envisager la traduction en langue des signes. Dans ce cas, il convient de consulter une organisation de personnes sourdes ayant une expérience dans la production de vidéos en langue des signes.
  • Si vous intégrez un clip audio à votre présentation, assurez-vous qu’il existe une transcription écrite.
  • Utilisez un langage simple.